Rue Germaine Tailleferre

Bordeaux ville la plus gastronomique au monde ? Oui, selon un site Internet new-yorkais qui en aura fait réagir plus d’un. Voilà donc une nouvelle prouesse locale, encore un classement dont la ville devrait s’enorgueillir fièrement. L’équipe de Bordeaux 2066 étant toujours sceptique sur ce genre de palmarès, nous nous sommes décidés à mener l’enquête, et pour ce faire Excel nous a bien aidé en choisissant de nous emmener rue Germaine Tailleferre.

RueGermaineTailleferre

Comment ça vous ne connaissez pas la rue Germaine Tailleferre ? Comment ça, une rue située en plein Bordeaux Lac, entre la CAF, le Palais des Congrès et le centre commercial Auchan ne vous semble pas être un haut lieu de la gastronomie locale ? Détrompez-vous, avec deux restaurants pour une rue de 120 mètres seulement, nous avons là une densité culinaire assez exceptionnelle, proche de celle de la rue du Parlement Saint-Pierre ! Maintenant à nous d’explorer le menu.

C'est par là.

C’est par là.

En entrée d’abord, signalons le nom : Germaine Tailleferre. Compositrice française, amie de Cocteau, Picasso, Modigliani et Honneger, elle connut son heure de gloire dans l’entre-deux-guerres. Pour la petite histoire, notons que Germaine s’appelait en réalité Taillefesse mais qu’elle modifia son patronyme pour couper court aux railleries. Une falsification d’identité à la Jean-Philippe Smet, voici qui nous confirme l’intérêt culinaire de la rue : Taillefesse, un nom il faut l’avouer assez risible, qui devient Tailleferre, un nom qui en impose beaucoup plus, c’est un peu comme votre tranche de jambon aux petits pois qui devient une fine lamelle de porcus domesticus sur son lit de verdure.

Vue globale de cette TRES BELLE rue.

Vue globale de cette TRES BELLE rue.

Passons au plat principal maintenant : la rue ! Notons tout d’abord que malgré sa longueur modeste, notre voirie du jour est flanquée de part et d’autre de ronds-points. Deux giratoires pour une rue d’une centaine de mètres, on comprend mieux pourquoi la France est championne du monde en la matière.
D’un côté du trottoir : une friche, contigüe au centre de formation de Ford. C’est un terrain vague qui accueille en vrac quelques bouteilles vides, plusieurs chaussures abandonnées, mais également des roseaux et des mûres qui poussent malgré tout, ainsi qu’un lapin manquant foncièrement de goût semblant avoir élu domicile là. Malheureusement notre vivacité n’égalant pas celle du Bugs Bunny de la rue Germaine Tailleferre, nous n’avons pas de photos de ses grandes oreilles pour vous le prouver, mais croix de bois croix de tailleferre, un lapin se cache sur ce terrain.

P1050060 P1050062 P1050068

En face de la friche, c’est le premier restaurant de la rue qui nous accueille. « Pizza Del Arte », un nom qui fleure bon la Toscane éternelle, les bons cannelonis d’une plantureuse mamma… On se calme tout de suite : Pizza Del Arte est une enseigne 100% française, dont le siège social est à Rennes et qui appartient au Groupe Accor. Mais Bordeaux 2066 aime la nourriture italienne autant que la nourriture bretonne, et se laisse tenter par ce resto italien conçu au pays de la galette-saucisse. Karine, une des serveuses du restaurant nous explique que la chaine de restauration est installée dans la rue depuis deux ans : « Avant il n’y avait rien ici : des marais, des terrains vagues ». En semaine la clientèle se résume surtout aux hommes d’affaires, voyageurs et autres congressistes, qui sont remplacés le week-end par les familles venues faire leurs achats dans la zone commerciale toute proche.

Notre investigation ayant été menée un samedi, c’est bien ce que nous constatons, et le spectacle du petit dernier qui chahute avec son tiramisu avant d’aller semer la pagaille dans les rayons d’Auchan ne nous rend guère pressés de nous y mettre.
Pour Karine, travailler à Bordeaux Lac est très agréable, et puis c’est à coté pour elle qui habite à Ginko : « un quartier sympa où les enfants peuvent faire plein d’activités nautiques, bon compromis entre la ville et la campagne ».

Incognitos au resto breton.

Incognitos au resto breton.

Alors où en étions nous ? … L’entrée de la rue c’est fait, le plat principal aussi, nous voici maintenant au fromage. Point de maître corbeau sur un arbre perché, mais une grue au bout de la rue … pas l’oiseau non non, mais l’engin de chantier qui petit à petit fait son nid à apprentis : un futur CFA.

La rue aujourd’hui désertée par les piétons accueillera bientôt des centaines d’étudiants venus au Lac pour apprendre les métiers de l’automobile, la coiffure et le métier d’esthéticienne. Alors, sans vouloir ici faire de la sociologie de comptoir on se dit quand même que Pierre Bourdieu a encore de beaux jours devant lui. Regrouper au fin fond de Bordeaux Lac des futurs mécaniciens et des futures coiffeuses : idéal pour l’endogamie. Lui avec une superbe coupe à la Neymar, elle avec sa Seat Ibiza impeccablement révisée tous les mois : les couples formés rue Germaine Tailleferre, ça sera du solide.

Pour éviter ce déterminisme trop évident, que faire ? Mutualiser Sciences Po et les BEP Comptabilité sur un nouvel emplacement à Ambès ? Ou encore la Kedge Business School et le CFA Secrétaire médical à Saint-Médard-en-Jalles ? On attend vos bonnes idées.

1300 étudiants. Soit 650 couples à former chaque année.

1300 étudiants. Soit 650 couples à former chaque année.

Arrêtons là notre aigreur pour terminer notre visite sur une touche sucrée, de joie et de bonne humeur, avec la dernière curiosité de la rue : le Mc Do ! Oh on vous entend déjà, honte à Vinjo & Pim qui font l’apologie de la malbouffe américaine. On ne rentrera pas ici dans le débat sur les hamburgers, et on vous rassure : ce sont bien le magret et les tricandilles de chez nous qui restent dans nos cœurs. Notons toutefois pour la curiosité que le Mc Do de la rue Germaine Tailleferre est un Mc Do « Lounge », réalisé par un designer, avec service à table possible et qui témoigne une fois de plus de l’évolution de la marque américaine pour s’adapter aux standards français. Il est loin le temps des façades criardes jaune et rouge surplombées par un terrifiant Ronald.

On notera aussi que pour cette 36ème rue visitée, nous avons été rejoint par un lecteur assidu, Monsieur Frite, dont on vous conseille les aventures, et qui comme son nom l’indique se sent tout à son aise dans un Mc Do.

Quand Mc Do se fait "lounge"

Quand Mc Do se fait « lounge »

Notre rayon de soleil, notre touche de douceur finale n’est pas à rechercher dans le Sundae caramel, mais dans le sourire de Sonia. Sonia c’est l’hôtesse principale du restaurant et c’est elle qui nous explique qu’ils se sont installés dans le quartier il y a deux ans, en même temps que leur voisin italo-rennais, et qu’ils attendent maintenant avec impatience l’ouverture prochaine du CFA mais surtout du Grand Stade, dont la construction est le prétexte à l’installation de l’établissement.

Sonia

Sonia

Faisons le bilan de notre ville gastronomique : en entrée une compositrice célèbre de l’entre-deux-guerres, en plat principal un lapin aux mûres à l’italienne, deux ronds-points et une grande frite. Pour le fromage, une petite tranche d’endogamie et en dessert un grand sourire. Formidable. Et pour l’apéro ?

Ca se passe comme ça, à Bordeaux Lac.

Ca se passe comme ça, à Bordeaux Lac.

Advertisements

3 réflexions sur “Rue Germaine Tailleferre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s