Rue Louis Mesplet

A l’heure où les responsables politiques locaux se réunissent pour poser la première pierre de l’extension de la Gare Saint-Jean, et alors que la SNCF intensifie ses campagnes publicitaires pro-LGV, le destin choisit lui aussi de nous envoyer en ce samedi d’hiver faire un tour du côté de la gare.

Attention toutefois, pas de Belcier pour ce tirage au sort, et donc pas de prostituées à l’horizon pour faire remonter notre référencement Google (et oui nous avons environ cinq visiteurs par jour qui arrive sur notre site via cette recherche : Bordeaux 2066 bientôt interdit aux mineurs). Excel nous envoie pour cette 42ème visite rue Louis Mesplet, en plein dans le secteur résidentiel dominé par la double flèche du Sacré-Cœur, entre Gare Saint-Jean et Nansouty, non loin de la rue Malbec.

RueLouisMesplet

Même si elle mesure à peine une quarantaine de mètres, la rue correspond tout à fait à ce que l’on imaginait : des petites échoppes la bordent des deux côtés, l’ambiance est calme, et le soleil d’hiver vient caresser la pierre blonde des maisons. Après avoir traversé la rue Jules Perrens, la rue Louis Mesplet se termine en impasse et devient Cité Louis Mesplet … mais celle-ci faisant également partie de notre base de données, gardons un peu de mystère sur cette voirie ex-tra-ordinaire pour un prochain article.

Quarante mètres donc … c’est quand même assez court. Et avouons-le tout de suite, après deux aller-retours dans la rue, on se demande comment nous allons pouvoir nous en sortir. Heureusement, alors que Vinjo, tel un distributeur de prospectus, remplit les boites aux lettres des flyers avertissant les riverains de notre passage une porte s’ouvre : « Bordeaux 2066 ? Et qu’est-ce qu’il va se passer en 2066, vous pouvez me le dire Madame Irma ? ». Après avoir expliqué à notre riveraine que nous ne sommes ni voyants, ni rebouteux, ni sorciers médocains, on lui demande ses impressions sur la rue et le quartier. Verdict : calme et paisible, un esprit de village et globalement une bonne ambiance. Enfin tout dépend des voisins quand même, alcool ou autres substances ont pu causer quelques petits soucis par le passé mais cela semble aujourd’hui oublié.

G. (c’est son prénom) a acheté sa jolie maison à la fin des années 1980, pour un prix dérisoire : « Ce quartier n’intéressait personne, et la rue était quasiment à l’abandon. Les gens n’avaient pas du tout conscience que Bordeaux était une jolie ville : sur ma façade, la pierre avait même été recouverte par du crépi. »

gfg

La rue Louis Mesplet

Le Sacré-Coeur veille

Le Sacré-Coeur veille

Détail de porte de la rue Louis Mesplet

Détail de porte de la rue Louis Mesplet

Très vite, G. nous fait traverser la rue pour rencontrer sa voisine S., qui vit ici depuis près de 50 ans. Ensemble, d’abord sur le pas de la porte puis dans le salon de S., elles se remémorent pour nous les souvenirs de leur rue : une rue qui est pendant longtemps restée une voie privée, non classée, et en terre battue ! Oui oui en terre battue, et cela jusqu’au début des années 1980. Non il ne s’agissait pas d’une annexe de la Villa Primrose pour entrainer les joueurs de tennis à Rolland Garros, mais simplement d’une arrivée tardive d’un aménagement qui semble aujourd’hui évident… D’ailleurs le macadam arriva en même temps que le tout à l’égout : «On était dans un quartier populaire, de cheminots et d’ouvriers, donc pas forcément le premier à recevoir tout ça».

On signalera pour la petite histoire que c’est à l’occasion de l’arrivée du goudron que la rue est passée de privée à publique, chacun vendant à la mairie le bout de chaussée qu’il possédait, et que c’est ce qui a fait que la Cité Louis Mesplet est devenue Rue Louis Mesplet, mais sur une partie seulement ! Aujourd’hui même si les choses se sont améliorées, certaines installations laissent encore à désirer : en levant la tête on voit en effet de nombreux fils électriques se balader de toit en toit, dans un équilibre qui semble parfois assez précaire.

Ancienne génération

Ancienne génération

Nouvelle génération

Nouvelle génération

Les défauts du quartier aujourd’hui ? A entendre nos deux riveraines il s’agit surtout du stationnement (remarque que nous avons entendue dans quasiment toutes nos balades) et du manque de petits commerces de proximité : fini le temps des boulangeries, bars et boucheries à foison. A l’angle de la rue Louis Mesplet et de la rue Bauducheu la mercerie Roux a baissé le rideau depuis bien longtemps déjà, et maintenant pour faire ses courses il faut aller à Nansouty ou remonter aux Capus.

Sur l’évolution de la ville depuis quelques années, nos voisines sont partagées : l’une est admirative de la rénovation des quais et de la beauté du centre-ville, alors que l’autre préférait Bordeaux avant, avec ses bateaux et ses bars dansants ! Ce qui est sûr et certain c’est qu’elles craignent toutes les deux l’arrivée prochaine « des parigots » : la LGV, le nouveau quartier Euratlantique … L’autre jour S. a même lu dans le journal que Bordeaux allait devenir la banlieue de Paris, « ALORS CA… ». Tout cela effraie un peu les habitants du quartier qui craignent de voir les prix de l’immobilier flamber encore plus, les mentalités changer et la solidarité historique se perdre. A voir toutefois car « les petits jeunes qui sont venus s’installer sont très bien« , cela change des anciens voisins qui avaient l’habitude de faire la nouba jour et nuit, et qui étaient même allés jusqu’à projeter des films en plein air sur les murs des échoppes (on n’a pas pu s’empêcher d’éclater de rire en entendant cette anecdote, mais G. et S., ça les a fait beaucoup moins rigoler que nous).

Le temps d’une photo des charmantes voisines accompagnées de Guillaume, fidèle lecteur du blog et éternel militant pour l’indépendance de La House face au joug canéjanais, et nous filons pour une bière au bar le plus proche.

S., G. et Guillaume

S., G. et Guillaume

Assez rapidement nous arrivons chez Mario, petit resto-bar portugais à côté du Sacré-Cœur pour y boire une Super Bock. Mario est un routard de la restauration lusitanienne à Bordeaux puisqu’en 34 ans de vie bordelaise il a tenu des restaurants cours Victor Hugo, Quai de la Monnaie etc. Installé depuis cinq ans dans le quartier il s’y sent bien et aime son ambiance calme et populaire. Sa clientèle d’habitués lui réserve des repas de groupe à l’avance, et les photos accrochées derrière le bar témoignent que sa cuisine a vu défiler quelques-uns des Alain localement célèbres : en l’occurrence Moga et Juppé. Manquent encore Alain Cazabonne, Alain Anziani et Alain Rousset… Aux côtés des Alain’s figureront bientôt vos serviteurs puisque Mario nous l’a promis : si l’on ramène un exemplaire papier de la photo qu’il nous accorde, elle trouvera une place sur son mur : il est vraiment super ce Mario !

Chez Mario

Chez Mario. Saurez-vous repérer le détail qui tue ?

A côté de l’église, les habitués tapent la pétanque, comme 365 jours par an. Le claquement des boules ne vient nullement perturber le calme de ce joli petit quartier, situé dans l’épicentre des grands projets bordelais. « Surtout qu’on reste tranquille » s’exclament G. et S. d’une seule voix quand on leur demande leurs souhaits pour l’avenir. Une tranquillité et un anonymat revendiqués, c’est bien naturel quand on habite rue Louis Mesplet, personnage dont personne n’a la moindre foutue idée de qui il était.

Saúde !

Saúde !

Advertisements

5 réflexions sur “Rue Louis Mesplet

  1. Bonsoir je suis venue sur ce blog à la suite d’une émission vue à la télé hier soir ! comme j’aime beaucoup Bordeaux je vais regarder les rues déjà visitées … moi aussi je suis allée dans le coin de mon adolescence Ste Croix les Quais de la monnaie …faire des photos pour mon blog . C’est sympa de voir ces rues surtout les vieux quartiers merci pour votre travail je vais revenir c’est certain ! Allez Bordeaux , allez les Girondins et oui ils ont gagné cet après midi ! ça aussi ça nous fait chaud au cœur Merci et longue vie à ce superbe blog ! Nathalie P

  2. bonjour,

    j’ai pris connaissance de votre blog grâce à l’émission « Echappées belles » sur France 5.

    je devrais venir sur Bordeaux en Septembre et aimerais que vous m’indiquiez les lieux incontournables de cette superbe ville (même si le guide du Routard nous distille de précieux renseignements) mais rien de vaut la vision des bordelais.

    A vous lire!!!

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s