Place Puy Paulin

En pleins préparatifs de Noël, plutôt que de courir les magasins, l’équipe de Bordeaux 2066 décide de profiter d’une dernière découverte pour 2015. Excel nous offre un tour en plein centre ville : pas de Caudéran, de rive droite ou de Bacalan à l’horizon… en nous envoyant place Puy Paulin le logiciel nous installe dans la folie commerçante du centre ville, à deux pas de la rue Sainte Catherine et de l’étrange Impasse du Chapelet visitée juste avant.

PlacePuyPaulinP1050758

Paulin donc, ou plutôt Saint Paulin de Nole, est un homme de bonne famille qui serait né à cette adresse en 353. Ami d’Ausone, homme politique puis prêtre, il est fêté par le calendrier chaque 21 juin. Une date qui pour nombre d’entre nous sonne plutôt comme celle de la Fête de la Musique, ce qui tombe assez bien, puisque Paulin est considéré comme l’inventeur des cloches.

Si Paulin est né en ce lieu et a associé à son nom un Puy, c’est car il s’agit d’un des points culminants de la ville antique (avec une altitude vertigineuse de 12 mètres au-dessus de la mer, on ne se sent pas encore sur un sommet cantalien), tout proche des remparts de l’antique Burdigala, et où les riches familles romaines avaient élu domicile. Ceux qui iront se promener dans le secteur ne manqueront pas de remarquer des pavés de couleur différente dans la rue Guillaume Brochon, qui symbolisent le tracé de l’ancien rempart.

Une église fut ensuite construite sur le nord de la place, plus ou moins à l’emplacement actuel des Galeries Lafayette, le reste de la place accueillant le cimetière attenant. Mais Notre Dame de Puy Paulin subit au courant d’une XVIIIème siècle une profonde transformation pour devenir un hôtel particulier logeant les intendants de Guyenne, hôtel ayant lui même été détruit lors de la Révolution française.

Révolution ou pas, une fois sur place, on se sent plutôt en compagnie de la noblesse que du tiers état… Lovée entre trois artères commerçantes (Porte-Dijeaux, Intendance, Sainte-Catherine), la place accueille beaucoup moins de passage que les rues voisines, mais on relève une ambiance et un style plus Galeries Lafayette que Tati.

P1050738

P1050742

Réaménagée il y a peu, Puy Paulin (parfois surnommée « Pipolin » par quelques anciens) accueille quelques commerces : la Droguerie en tête de gondole, un magasin de jouets, un magasin de meubles et quelques magasins de vêtements. Les commerçants que l’on rencontre nous expliquent que la place est un écrin assez tranquille au milieu des rues commerçantes voisines, un endroit où l’on vient pour trouver un peu de calme, un peu d’oxygène après un samedi après-midi rue Sainte-Catherine.

Au détour de notre exploration, nous entrons dans l’Hôtel de Restan, grand immeuble du 18ème siècle qui occupe tout le pan sud de la place. Le rez-de-chaussée abrite le magasin Grange, qui vend des meubles coûtant parfois plusieurs SMIC. Damien Fossati nous y accueille, il nous dresse rapidement l’histoire du bâtiment et du quartier, et nous invite surtout à prendre contact avec Monsieur Bombezin, ancien gérant du magasin (alors appelé Maison Dugard) et mémoire du quartier. Voilà le genre de clients dont nous sommes friands … ni une ni deux, nous partons à la rencontre des Bombezin.

Souvenir de Dugard à l'entrée de Grange

Souvenir de Dugard à l’entrée de Grange

Raymond, ancien gérant du magasin Dugard qui a précédé Grange, nous raconte les belles heures de sa carrière, quand ces dames fortunées arrivaient avec leur chauffeur pour dépenser leur argent pour son plus grand bonheur, ou encore quand la maison a eu le privilège de meubler Jacques Chaban-Delmas à son arrivée à Bordeaux.
Plus anciens encore sont les souvenirs de son épouse Denise, née il y a maintenant plus de 80 ans place Puy Paulin, au premier étage de l’Hôtel de Restan. Ses parents étaient arrivés de Paris pour prendre la tête de ce qui était dans l’entre-deux-guerres un grand magasin de tissus. La maman de Denise, à qui l’on avait promis une place chic dans Bordeaux a été un peu désarçonnée en arrivant là de trouver surtout un ballet de manutentionnaires, Puy Paulin étant l’arrière des Dames de France, devenues plus tard Galeries Lafayette. Mais qu’à cela ne tienne, les affaires ont prospéré, et de fil en aiguille c’est tout un pool économique autour du tissu qui s’était développé sur la place.

Après avoir passé une heure chez Monsieur et Madame Bombezin pour parler de la place Puy Paulin, Bordeaux 2066 a eu la bonne surprise de recevoir au courrier une lettre de Denise contenant des précisions. Le paragraphe qui suit n’a donc pas été écrit par vos serviteurs, mais par notre retraitée native de la place :

Le cadeau de Noël de Bordeaux 2066

Le cadeau de Noël de Bordeaux 2066

« Au 1er étage de l’immeuble était installé un magasin de fournitures de mode qui approvisionnait les modistes de Bordeaux et des environs. Les femmes à cette époque, c’est-à-dire jusqu’en 1960 environ, portaient des chapeaux. Et ensuite il est devenu le grand fabriquant de coiffures et chapeaux de la tournée Tichadel et également du Grand Théâtre. De ce fait toutes les artistes-danseuses-chanteuses venaient faire les essayages place Puy Paulin. Au coin de la rue Guillaume Brochon se trouvait Tissam qui était un concurrent de la Maison Dugard mais avec une clientèle différente. Tissam était connu par la publicité qu’il faisait que les écrans de cinéma « Encore un tissu Tissam », les vieux Bordelais s’en souviendront. De l’autre côté de la place il y avait une brodeuse et remailleuse de bas, cela semble incroyable pourtant cela se faisait beaucoup avant de connaître les bas nylon. Egalement en face de l’immeuble un marchand de partitions de musique, connu de tous les musiciens et chanteurs, une institution à Bordeaux ».

Denise, née place Puy Paulin

Denise, née place Puy Paulin

Aujourd’hui ces commerces de niches ont disparu, comme le rappelle l’enseigne de la Maison du Rasoir, laissée à l’abandon depuis plusieurs années.

P1050743

Le portrait historique de cette place Puy Paulin serait incomplet sans une description de l’Aiglon, haut lieu de la fête à Bordeaux jusque dans les années 70. Denise nous a décrit un lieu qui dans les années 50 était plutôt bourgeois, et où les jeunes filles venaient danser le dimanche après-midi sous le regard protecteur de leurs mères. Pas grand chose à voir avec Paludate donc, puisque d’après Denise il n’y avait ni drague ni alcool, et donc pas de bagarre sur fond de vomi sur les coups des 4 heures du mat’ en a déduit Bordeaux 2066.
Les membres du très actif groupe Facebook « Bordeaux je me souviens », en moyenne plus jeunes que Denise et Raymond, nous ont dressé un portrait un peu différent du lieu. D’après Rosine, qui a notamment fréquenté le lieu pour la Fête du Tet, c’est-à-dire le nouvel an vietnamien organisé par la communauté de Bordeaux, dans les années 60 le lieu n’était « pas bourgeois, bien au contraire », et on y croisait « des garçons au front bien bas style Guy Bedos et Sophie Daumier ». Mireille quant à elle se remémore « les jeunes filles assises autour de la piste et c’était le ballet incessant des jeunes gens qui de temps en temps essuyaient un refus ; souvent, avec l’arrivée d’un bateau, on voyait une nuée de pompons rouges pendant le slow ». Et Bernard, membre d’un ancien orchestre, de lui répondre : « C’était ça: la série de slows on la suivait depuis la scène et on rigolait de voir les mecs se prendre des vestes hi hi hi ».
D’après le panneau de chantier collé à la façade, le bâtiment de l’Aiglon va accueillir prochainement une nouvelle enseigne de vêtements. On pourra donc de nouveau se prendre des vestes place Puy Paulin, une fois de plus l’histoire bégaye…

Orchestre Chris Blanchard, 1972. Merci à Bernard pour la photo.

Orchestre Chris Blanchard, 1972. Merci à Bernard pour la photo.

A leur manière, le textile et les meubles ont réussi le passage vers le 21ème siècle sur la place Puy Paulin, en s’adaptant aux exigences d’une ville devenue piétonne et moderne. Mais le plus immuable dans tout ça, c’est quand même le fait de boire un coup. La brasserie « Le Puy Paulin » désaltère travailleurs et passants depuis plus d’un siècle, en ayant conservé une partie de son décor historique.

A la fin de l’apéritif, Bordeaux 2066 se sent le front bien bas et irait volontiers danser dans l’Aiglon envolé. Mais voilà aujourd’hui, pour se prendre des vestes et se faire rhabiller pour l’hiver, il faut sortir du centre ville. Le voici le vrai drame de la modernité urbaine, au sommet du vieux Bordeaux.

P1050767

Advertisements

10 réflexions sur “Place Puy Paulin

  1. Merci beaucoup à Madame Bombezin pour ces précieux souvenirs. Si Vincent avait été plus assidu au piano familial, il aurait vu que toutes les partitions venaient de chez Beau (on peut trouver sur des sites de vente en ligne la mention « avec le cachet de Pierre BEAU, 13, place Puy-Paulin », signe de célébrité ?).
    C’était, effectivement, LE lieu de Bordeaux où on trouvait tout ce qu’on pouvait souhaiter, et, monopole aidant, à des tarifs assez redoutables, surtout quand on était étudiant(e). J’ai le souvenir de quelques dames assez sèches, dans un local assez vieillot, qui demandaient, avec compétence, force précisions sur l’édition souhaitée.

  2. Très intéressant ; place effectivement assez particulière par apport à son environnement immédiat et, depuis peu, par rapport à l’autre place, de l’autre côté de la rue de la Porte Dijeaux, la promenade Sainte Catherine.
    Il me semble me souvenir que, dans les années 1960-1970, cette place présentait des aspects d’abandon, de dégradation…

  3. Bonjour;
    Super votre blog, je le consulte régulièrement mais pour faire les 2066 rues à ce rythme la cela va prendre un siècle !
    si vous voulez de l’aide, je peux me joindre à l’équipe, j’aime bien marcher & aussi la bonne bière !
    Florent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s