La LGV à petite vitesse : voyage de Bordeaux à Montguyon

01-Train

Le dernier samedi de 2017 fut l’occasion d’un rendez-vous avec notre confrère bloggeur de Invisible Bordeaux Tim Pike pour une nouvelle aventure garantie sans adrénaline (ou presque). Notre collaboration, faut-il le rappeler, nous a déjà menés à l’intersection du méridien de Greenwich et du 45ème Parallèle, au fil de l’Eau Bourde, et last but not least, aux quatre coins de la Gironde en l’espace d’une journée.

Le récit qui suit a été rédigé en Anglais par Tim Pike, et traduit gratuitement par Jean-Yves Bart (on te paiera des bières). 

L’idée du jour, suggérée par Vincent, consiste à suivre la ligne à grande vitesse (LGV), inaugurée il y a peu, à partir de Bordeaux jusqu’à… ce que nous en ayons marre. Nous n’attendons à vrai dire pas monts et merveilles de ce nouveau road-trip, mais sait-on jamais ? Quelques heures plus tard, notre pressentiment se révèlera fondé, mais nous aurons beaucoup appris sur le tracé de la ligne, et par ailleurs fait une découverte digne d’intérêt. Laquelle, nous direz-vous ? Patience…

Pour qui n’aurait pas ouvert un journal depuis longtemps, rappelons que ce nouveau tronçon à grande vitesse est en service depuis juillet 2017, soit 25 ans après le feu vert donné à la première LGV, et après 5 ans de travaux entre Tours et Bordeaux (ou plus précisément entre Chambray-les-Tours et Ambarès-et-Lagrave). Conséquence de ce projet pharaonique réalisé par Vinci pour un montant de 7,8 milliards d’euros : les passagers de la SNCF ne mettent désormais qu’à peine plus de deux heures pour relier Bordeaux et Paris.

 02-SaintJean
Vue sur la gare Saint-Jean depuis le nouveau parking.

Vincent et moi nous retrouvons fort logiquement à la gare Saint-Jean, où nous décidons de grimper au dernier étage du tout nouveau parking voisin pour jouir d’une vue panoramique sur l’édifice et les voies. Le parking fait partie d’un vaste projet de rénovation mené au sud de la gare, côté Belcier, où le nouveau quartier résidentiel et d’affaires Euratlantique est en train de sortir de terre. L’entrée de la gare a elle aussi subi un lifting complet, et a vu ouvrir quelques boutiques, fast-foods, et un restaurant. Parti en quête d’une chocolatine (ou « pain au chocolat », pour nos lecteurs parisiens), Vincent abandonne après avoir été doublé sans vergogne dans la queue. Une autre enseigne l’informe qu’il lui faudra attendre dix minutes pour décrocher la précieuse viennoiserie. Nous décidons de nous mettre en route.

Le périple démarre par la traversée du mal aimé Pont Saint-Jean, qui relie les deux rives de la Garonne à quelques mètres du pont ferroviaire. De l’autre côté, c’est la Bastide et les tours de la Cité de la Benauge, qu’on ne voit guère sur les cartes postales, alors qu’elles font de facto office de comité d’accueil à Bordeaux pour les passagers du TGV. Cap vers le Nord pour un premier arrêt à Lormont, que certains agents immobiliers présentent, nous dit-on, comme le « Montmartre bordelais ». Nous y croisons notre premier TGV à l’approche d’un tunnel, ce qui inspire à Vincent une pensée pour ces pauvres voyageurs dont les conversations téléphoniques viennent d’être brutalement interrompues. Un portail de sécurité censé empêcher l’accès aux voies est resté déverrouillé. Le panneau signifiant au badaud qu’il n’est pas le bienvenu a été recouvert d’un tag From Paris with love. Après avoir admiré la vue sur le Pont d’Aquitaine, nous reprenons la route vers Bassens.

 03-Lormont
From Paris with love à Lormont.

Arrivés à Bassens, nous nous dirigeons vers la gare, où – qui sait – une chocolatine attend peut-être Vincent ? L’édifice se situe en retrait des quais de la Garonne et des entrepôts industriels installés sur les rives, au beau milieu d’un quartier résidentiel. Pas un chat lorsque nous sortons tâter le terrain, ce qui nous permet de traverser les voies pour nous adonner à la photographie extrême. Une fois le cliché dans la boîte, Vincent m’informe qu’il est strictement interdit de prendre ce genre de photos. Trop tard ! Un nouvel arrêt dans le centre de Bassens, perché sur les hauteurs, est le théâtre d’un nouvel échec dans notre quête de chocolatine, mais une occasion cependant de constater qu’une pénurie de coiffeurs n’y est pas à craindre…

 04-Bassens
La photo de tous les dangers.

Arrêt suivant : la gare de La Gorp (quel nom merveilleux !), à Ambarès-et-Lagrave : c’est ici que la nouvelle ligne proprement dite commence. La passerelle qui enjambe les voies est une construction moderne bien conçue, avec des baies vitrées des deux côtés, offrant d’excellentes conditions d’observation aux ferrovipathes. Justement, un autre TGV en direction de Paris déboule à point nommé, sur le point d’accélérer pour atteindre sa vitesse de croisière, entre 300 et 320 km/h.

 05-Ambares
Baies vitrées sur la LGV.

À la sortie d’Ambarès, un fol espoir renaît chez Vincent qui a repéré une boulangerie au bord de la route. Las, confronté à une rupture de chocolatines, il doit se contenter d’un cookie. Qui aurait cru qu’un besoin si simple soit si difficile à assouvir ? Quelque part entre Saint-Vincent-de-Paul et Saint-Loubès, nous croisons la Dordogne et admirons le viaduc construit sur mesure pour la LGV, tout en remarquant une maison qui semble avoir été abandonnée à la base de l’ouvrage – ses occupants auront vraisemblablement été conviés à habiter ailleurs…

 05b-Dordogne
1319 mètres de longueur, 45 000m3 de ciment, 150 000 tonnes : le viaduc de la Dordogne, un beau bébé.

Nous choisissons le moyen le plus facile de traverser la Dordogne, à savoir d’emprunter brièvement l’autoroute A10, que nous quittons immédiatement pour continuer à suivre la LGV. L’exercice devient désormais malaisé : comme il est quasi-impossible de la longer par la route, nous sommes contraints de slalomer de part et d’autre de la ligne. Nous finissons par rejoindre une gare baptisée des noms des deux villages voisins : Aubie-Saint-Antoine. Pas d’arrêt LGV ici ; seule la vénérable ligne Bordeaux-Nantes dessert cette gare. Mais la présence de la nouvelle ligne est palpable : avec son parking flambant neuf et une passerelle moderne de métal rouge pour traverser les voies, la gare a de toute évidence profité de l’arrivée de la LGV.

 06-SaintAntoine
Vincent en pleine inspection de la passerelle moderne de la gare d’Aubie-Saint-Antoine.

 07-SaintAntoine
Vue sur Saint-Antoine.

Sur la route en direction de Marsas et du point où le Bordeaux-Nantes et la LGV se séparent définitivement, nous apercevons sous un autre nouveau pont ce qui fut l’entrée d’un passage à niveau de l’ancienne ligne. Une croix blanche y a été érigée, triste écho aux nombreuses catastrophes qui ont eu lieu aux abords de ces carrefours (dont très récemment à Millas, non loin de Perpignan). Nulle inscription sur la croix, seules quelques fleurs artificielles fatiguées : nous quittons les lieux sans plus de détails sur ce qui s’est passé ici.

08-Cross

Nous poursuivons notre route vers le nord, direction Laruscade, un petit bourg ne jouissant ni du charme d’un village ni des infrastructures d’une ville. En périphérie, un nombre surprenant de maisons de plain-pied sont à vendre, dont beaucoup arborent une couleur jaune méditerranéen, ce qui a le don d’agacer prodigieusement Vincent. Ce dernier finira par se calmer à la vue du panneau Charente-Maritime – friand de tels repères géographiques, mon accompagnateur se réjouit d’immortaliser notre franchissement de la frontière entre les deux départements.

09-CharenteMaritime

Bedenac, notre deuxième arrêt charentais, est une commune connue principalement pour sa prison, dont les pensionnaires peuvent apparemment bénéficier de séances de « médiation canine » : pour en savoir plus, c’est ici ! Nous nous éloignons ensuite des sentiers battus à l’ouest de Clérac en quête de la « base de maintenance de Clérac », dont nous avons admiré une impressionnante vue satellite sur Google Maps. Hélas, depuis l’autre côté des voies, il faut bien avouer que c’est légèrement moins spectaculaire.

 09b-ClÇracMC
Panorama à couper le souffle sur la base de maintenance de Clérac.

Nous repartons vers le bourg de Clérac pour une pause déjeuner dans un petit hôtel-restaurant, l’Auberge des Lacs Bleus, suivi d’une promenade digestive dans le joli village, tiré aux quatre épingles ; Clérac a fait partie des plateformes techniques du projet LGV et a bénéficié de retombées économiques conséquentes pendant toute la période de travaux. Une partie de cet argent aura visiblement servi à l’embellissement du village. Nous jetons un coup d’œil à l’église, en passant sous un cadran solaire bien plus petit que son panneau explicatif. Vincent remarque un ancien arrêt d’autocar CITRAM ; nous imaginons un instant des voyageurs embarquer ici à destination de contrées lointaines.

 10-ClÇrac
Clérac : cadran solaire et arrêt CITRAM.

Au vu du caractère il faut bien le dire peu palpitant de ce périple jusqu’ici (à l’exception peut-être de la quête de chocolatine de Vincent), nous décidons que notre prochain arrêt, Montguyon, sera l’extrémité nord de notre exploration du jour. Une belle vue sur le village et les ruines de son château médiéval s’offre à nous alors que nous nous dirigeons vers l’impressionnant pont de 135 mètres de long construit pour la LGV. En nous garant aux abords de l’ouvrage, nous tombons sur un véritable ferrovipathe – bon, pas un acharné au point sur toutes les sortes de trains et leurs numéros, plutôt un autochtone à qui il plait de venir voir passer les trains. Le passage d’un TGV à pleine vitesse est fêté comme il se doit.

 11-Montguyon
Le pont ferroviaire de Montguyon.

Nous sommes désormais à plus de 70 kilomètres de notre point de départ et la lumière n’a pas encore commencé à baisser : Vincent et moi optons donc pour un retour par le chemin des écoliers, pour aller inspecter de plus près une curiosité repérée à l’aller : dans les environs de Cavignac, au sud de Laruscade, nous avions traversé une voie ferrée désaffectée. Nous retournons sur les lieux pour découvrir si l’ancienne ligne et la LGV se rejoignent quelque part.

Nous nous garons près d’une maison attenante aux vestiges d’un passage à niveau, et échangeons quelques mots avec son propriétaire, qui nous dit avoir acheté cette maison (où il est né en 1957) à sa grand-mère, qui était responsable du passage à niveau lorsqu’il était encore en service. Nous glanons des informations quelque peu confuses (un apéritif pris de bonne heure brouillant quelque peu l’intelligibilité des renseignements fournis), avant d’apprendre en faisant des recherches que cette ligne reliait Cavignac et Coutras : elle a été empruntée pour le transport de voyageurs entre 1874 et 1938, et pour le fret uniquement jusqu’au milieu des années 1960. La ligne a été définitivement déclassée en 1976 ; à noter toutefois qu’un train touristique à vapeur circule désormais sur un tronçon situé plus à l’est, entre Marcenais et Guitres.

 12-LevelCrossing
L’ancien passage à niveau.

 13-Line
Vincent arpente la voie ferrée désaffectée.

En consultant son portable, Vincent évalue la distance entre l’ancien passage à niveau et la LGV à environ 600 mètres : nous partons donc à pied suivre la voie recouverte de mousse jusqu’à son inévitable terminus. Nous arrivons très vite à destination, où nous admirons deux TGV tracer leur route à deux pas de ce lieu où l’ancienne ligne se termine abruptement : tout un symbole… Devant ce spectacle, nous nous demandons si les voies de la LGV sont vouées à un destin semblable.

 14-TGV
Terminus, « entre tradition et modernité ».

Le chemin du retour vers la voiture est l’occasion de faire le bilan de ce que nous avons appris au fil des voies de la LGV. Une chose est sûre : nous avons largement pu constater la marque laissée par ce gigantesque projet sur le paysage, et son impact – pour le meilleur et pour le pire – sur les communes situées de part et d’autre des voies. Surtout, nous savons désormais qu’au nord de Bordeaux, il est plus simple de se faire couper les cheveux que de trouver une chocolatine.

La nationale 10 nous ramène vite sur l’autoroute en direction de Bordeaux, où la circulation dense ramène la solitude des voies abandonnées de Cavignac au rang de lointain souvenir. Pourtant, nous sommes tous les deux heureux de désormais savoir qu’elles sont là, à contempler en silence les TGV qui filent entre Bordeaux et Paris. With love.

> Retrouvez les voies désaffectées de la ligne Cavignac-Coutras sur la carte d’Invisible Bordeaux.

Publicités

Rue Armand Dulamon

« Bordeaux Nord »

C’est dingue comme le simple fait d’accoler le point cardinal septentrional à son nom a pendant des années rendu Bordeaux moins glamour. Bordeaux Nord, deux mots qui ont longtemps inspiré au bourgeois le détour méfiant, l’incursion rapide à Ikea en regardant la silhouette des Aubiers au loin, accompagnée de la conviction que passé le Cours du Médoc, ça n’est plus Bordeaux mais un magma post-industriel qui ne dit rien qui vaille.

RueArmandDulamon

Mais depuis quelques années, il y a cette poussée de croissance. Bordeaux se réveille, Bordeaux se rénove, et inévitablement Bordeaux s’étend. Dans la novlangue du marketing municipal, Bordeaux Nord est devenue « Bordeaux maritime », comme une promesse de chaise-longue sur les plaies encore à vif d’une ville portuaire. Jadis destination alternative d’une population en quête d’exotisme urbain et de lieux abandonnés, puis point de mire des noctambules fatigués des excès de Paludate, les Bassins à Flot sont aujourd’hui à l’honneur dans les plaquettes des promoteurs. Des entreprises, des écoles, des logements, le tout autour d’une marina (on dira ici une marrona pour être plus exact) : oui, à Bordeaux, le nord ne fait plus peur.

En abordant la rue Armand Dulamon, bien que située à quelques mètres de la frénesie constructive de la rue Lucien Faure, tous ces changements semblent imperceptibles. Notre voie tirée au sort ce jour ressemble à tant d’autres rues bordelaises, avec ses échoppes blondes sagement alignées, comme une enclave dans ce quartier à l’urbanisme un peu chaotique. Côté Cours Edouard Vaillant, d’austères immeubles nous évoquent Krasnoïarsk, tandis que le Cours du Raccordement à l’autre extrémité nous offre un supermarché low-cost, une chaufferie collective et une station d’épuration.

Mais entre les deux, la rue Armand Dulamon, du nom d’un magistrat landais officiant à Bordeaux au 19ème siècle, offre l’image du Bordeaux résidentiel éternel.

P1060174

Un paysage bordelais des plus classiques

P1060178

Patrick et sa famille nous le confirment : pas grand chose à signaler dans cette rue où ils ont posé leurs bagages il y a deux ans, arrivant de la rive droite. Le hangar en face est squatté certes, mais qu’importe. Patrick et les siens sont fatigués, ils rentrent de trois jours de libations pour fêter un anniversaire, et le retour dans leur cocon de la rue Armand Dulamon sonne la fin de leurs excès.

Adolescents roulant un peu des mécaniques, Salfay et ses amis quant à eux « font un tour », ce qui semble être un synonyme de s’ennuyer ferme, mais en mouvement. Un peu déçu d’apprendre qu’on ne le filmerait ni ne le payerait, Salfay nous confie rapidement son sentiment sur ce secteur où « c’est un peu la cité » (désignant Saint-Louis au loin) et où on peut « acheter du shit » (désignant la place Lewis Brown qui forme l’entrée de la rue côté cours Edouard Vaillant).

P1060171

Pas encore tout à fait une marina

Bordeaux 2066 ne se drogue qu’à la bière, mais n’a pas remarqué de dealer en cette journée décidément calme. De ce côté là de la rue Armand Dulamon, la star du commerce, c’est bien Bruno Pelage. Le garage qui porte son nom depuis 1999 occupe un ancien bâtiment de Repelec, qui était une entreprise spécialisée en entretien et réparation de gros moteurs industriels. Aujourd’hui Bruno et ses cinq salariés réparent encore des moteurs, mais plus classiquement de voitures, et selon les deux avis Google qu’il a récolté il le fait bien.

Capture d_écran 2018-01-14 à 22.11.40

Ce qui chiffonne Bruno Pelage actuellement, ce sont surtout les soucis de stationnement. Son activité exige qu’il laisse des véhicules sur la voie publique, mais ça n’est pas du goût des ASVP qui le prunent sans ménagement, poussant même notre garagiste-carrossier à afficher son ras-le-bol sur la façade de son établissement. Pas de réponse de la mairie à ce jour, visiblement Bruno Pelage peut aller se brosser (désolés).

Bruno connaît bien le quartier, où il a été scolarisé avant d’y travailler et où ses parents tenaient déjà un garage à quelques rues de là. Pas de doutes pour lui, depuis quelques années les choses changent avec un gros afflux de population et notamment des Parisiens : « On en parle, mais ici on l’a vu ». Si Bruno se réjouit pour la prospérité de son activité (qui dit plus de monde dit plus de bouchons, plus d’énervement, et donc plus de tôle froissée à redresser), il remarque néanmoins le développement d’une petite délinquance, dont il n’a toutefois jamais fait les frais.

26803583_10159767557650043_734818657_n

Bruno Pelage devant son garage (rime riche)

Autre univers mais même son de cloche à l’autre bout de la rue, à l’angle avec le Cours du Raccordement, qui porte ce nom si poétique puisqu’il a été percé pour relier la gare Saint-Louis aux Bassins à Flots par lesquels arrivaient ou partaient toutes sortes de marchandises. Après quelques années de bourlingue en Afrique et aux Antilles, Stéphane Cambournac a racheté il y a cinq ans ce bar-resto historique du quartier, qui portait avant le nom de « Café de l’union » lors des grandes heures ouvrières.

En seulement cinq ans derrière les fourneaux, Stéphane a pu observer de grands changements dans le quartier et donc sa clientèle : « 80% de la rue a été vendue ces trois dernières années ». C’est toute une génération qui a disparu ou est partie, et a été remplacée par des gens plus aisés en quête de la fameuse échoppe bordelaise avec terrain. Autre effet collatéral observé par Stéphane : les caves se rénovent et deviennent habitables, la ville gagnant ainsi des mètres carrés en profondeur.

P1060175

Bordeaux grandit aussi par en dessous 

Du côté du resto-bar La Terrasse on s’adapte : avec l’installation de bureaux, de plus en plus de gens viennent déjeuner le midi, mais par contre la vie sociale autour de l’apéro du soir a tendance à disparaître, en même temps que le vieux monde ouvrier des Bassins à Flot. Conséquence directe : ça ferme à 17 heures.

Tout cela est un processus encore en cours tandis que nous écrivons ces lignes début 2018 (oui on fait comme si des gens nous liront en 2317, bonjour à vous, on espère que Bordeaux existe encore) : l’ensemble du pâté de maisons à l’angle de la rue Armand Dulamon et du Cours du Raccordement est promis à une démolition prochaine, avec la construction de petits immeubles de 2 ou 3 étages pour continuer la mue et la densification du quartier. En attendant les prochaines étapes de cette métamorphose, on peut vous conseiller d’aller manger à La Terrasse : les produits sont frais, la cuisine maison, les tarifs sont ajustés, et puis on a apprécié que Stéphane nous offre spontanément un café sans connaître notre identité de blogueurs (oui, on se fait acheter facilement).

26855911_10159767557260043_233124526_n

Stéphane, patron de la Terrasse

C’est face au Cours du Raccordement et à sa station d’épuration que nous terminons cette exploration urbaine avec notre habituelle bière. Et puis Bruno le garagiste nous l’a dit en évoquant ce clochard qui a passé 3 ans nuit et jour sur un banc du début de la rue Armand Dulamon : « L’alcool, ça conserve ». Alors trinquons, au repos de Patrick, aux errances de Salfay et ses amis, aux amendes de stationnement de Bruno, et aux plats du jour de Stéphane. Au passé glorieux de Bordeaux Nord, aux lendemains qui chantent de Bordeaux Maritime.

26855868_10159767556590043_518022220_n

Bières et station d’épuration

 

Cité Saint-Martin

Des jours, des semaines, des mois presque que l’on vous laisse sans nouvelles. L’équipe de Bordeaux 2066 a été très occupée ces derniers temps, peut-être trop, et nous avons du laisser l’exploration de côté pour un moment… jusqu’à la Saint-Glinglin ? Non, mais jusqu’à là Saint-Martin oui, car c’est bien là qu’Excel nous envoie pour cette 57ème rue.

En regardant le plan, la Cité Saint-Martin nous semble être une petite rue perdue dans les bas-fonds de la Bastide. Pourtant, nous sommes ici à quelques mètres de l’avenue Thiers et du tramway. Mais ce qui nous frappe dès notre arrivée c’est le calme : peu de bruit, tout est tranquille, les mimosas sont en fleurs, et les chats, ces véritables appâts à likes sur Facebook, se baladent remplis d’insouciance alors qu’à quelques mètres de là tramways et voitures rythment l’artère principale de la rive droite.

P1050946

Façon déloyale d’obtenir du like Facebook

Ce calme, on le doit à la configuration des lieux : la Cité Saint-Martin est en fait l’union de deux impasses, que coupe en son milieu la rue Dasvin de Boismarin, qui elle-même bute sur des friches ferroviaires. Le paysage architectural s’inscrit dans la même lignée : à première vue pas d’immeubles modernes comme on les voit de plus en plus fleurir sur la rive droite, mais un alignement d’échoppes entrecoupé çà et là de constructions plus récentes.

C’est dès le début de notre exploration que nous croisons Marie-Claude, militante communiste qui à quelques semaines des prochaines échéances électorales tracte dans les boîtes aux lettres en rêvant d’union de la gauche. Suite à quelques considérations politiques, elle évoque la vie de quartier : une ambiance qui évolue petit à petit mais qui reste encore marquée par le passé ouvrier et la solidarité qui va avec. Pas encore de boboïsation à l’horizon selon Marie-Claude : ici beaucoup de gens se connaissent et il n’est pas rare de papoter avec ses voisins en s’asseyant cinq minutes sur un banc du petit square situé un peu plus loin.

P1050928

Marie-Claude

Cet esprit de village, Yvette nous le confirme quelques minutes plus tard. Yvette et son sourire radieux habitent la Cité Saint-Martin depuis plus de 40 ans maintenant. 40 ans que ses fenêtres font face à un palace en parpaing jamais terminé, sans que cela n’entache sa bonne humeur communicative. Une fois dépassées les considérations esthétiques, Yvette égrène avec nous son chapelet de souvenirs : la vie rive droite avant l’arrivée du tramway, l’ancienne demeure bourgeoise installée à l’angle et rasée dans les années 90 pour laisser place à des logements cheminots, et puis la salle Ernest Mouche qui faisait office de garderie et de salle polyvalente avant d’être détruite puis ensuite remplacée par le parking relais Galin.

P1050933

Ma maisoon est en paaarpaings, pirouette, cacahouette…

La salle accueillait notamment les fêtes et les bals de quartier, comme l’évoque Suzanne, une habitant de la Bastide dont le témoignage est consultable ici. Le tango des amoureux a maintenant laissé la place à la valse des voitures qui se croisent à longueur de journée en regardant passer le tram. Là encore on est en plein contraste entre la cité Saint-Martin baignée de tranquillité et le ballet incessant des tramways ne semble déranger personne, et surtout pas Yvette qui trouve le tramway formidable, « enfin, je ne l’ai pris que trois fois en 10 ans, mais j’adore l’entendre au fond de mon jardin ». Et Yvette entre deux rires de nous raconter sa dernière expérience tramway : un trajet vers le Stade René Gallice pour aller voir Bordeaux-Guingamp, « et que ça sentait la pisse oh mon pauvre laaaalaaa ».

P1050951

La Cité Saint-Martin vue du P+R Galin

Finalement Yvette ce qui la dérange le plus, c’est peut-être cette nouvelle mode des maisons en bois, comme celle construite il y a peu au bout de la rue. Les membres de Bordeaux 2066 ayant des opinions architecturales assez divergentes, nous ne nous hasarderons pas ici à une critique esthétique. Ce qui est certain c’est que l’on sent petit à petit l’urbanisation boucher les quelques trous du quartier : plusieurs constructions modernes s’insèrent dans la Cité Saint-Martin et dans les rues voisines, et d’ici quelques années les quartiers de Niel et de Brazza accueilleront les futurs voisins de Marie-Claude, d’Yvette et des autres.

P1050945

Sérénité bastidienne

En attendant les nouveaux habitants, l’offre en débits de boissons pouvant satisfaire notre soif reste assez limitée. C’est donc résignés que nous retournons au Nicot, bar PMU de quartier qui nous avait déjà accueilli lors d’une précédente visite.Le soleil de fin d’hiver nous invite à tomber le manteau, sans que nous ayons l’opportunité d’en donner la moitié à un clochard comme le fit Saint-Martin en son temps. Nous prenons une Affligem de printemps, que nous buvons à la santé de nos rencontres du jour. Union de la gauche ou pas, puissent la convivialité et la solidarité bastidienne que l’on nous a vanté ce jour là continuer à planer sur la rive droite.

DSC_0001_99

Deux demis sur l’Avenue Thiers

Rue de Mulhouse

 

Comme vous le savez si vous nous suivez sur Facebook, nous partageons souvent les points de vue de nos amis de Deux Degrés : agence d’urbanisme décomplexée. Pour cette 56ème rue, c’est donc Mathieu de Deux Degrés qui prend la plume et nous donne sa vision de la rue de Mulhouse ! 

Que dire sur la rue de Mulhouse ? 150 mètre d’échoppes plus ou moins cossues et d’Audi garées au coeur des quartiers résidentiels chics de la barrière de Saint-Médard. Depuis les trottoirs, nous devinons les jardins derrière les grandes vérandas colorées. Rue de Mulhouse, les habitants sont paisiblement heureux. Nous les imaginons déambuler joyeusement dans les allées du Parc Bordelais le dimanche après-midi avec leurs enfants à la scolarité exemplaire. « Imaginer » car soyons honnêtes, il n’y a personne dans la rue à qui demander ce qu’il se passe vraiment par là. Alors que nous entamons notre deuxième aller-retour, un bruit léger nous interpelle. Que se passe t-il ? Un mouvement. Quelqu’un bouge. Un sénior sort doucement de sa maison. Nous nous approchons respectueusement de lui pour l’interroger sur le quotidien de la rue de Mulhouse. En vain, il refuse de nous répondre, probablement de peur de venir troubler la quiétude du lieu. Il partira silencieusement vers son break Dacia Lodgy.

Mini vs Twingo : le grand combat

Mini vs Twingo : le grand combat

Peu à peu, la rue s’anime.  Mais ici, les drames du quotidien, que ce soit la pauvre jeune femme qui a perdu son beagle ou ce jeune homme préoccupé par le rangement de ses clubs de golf, ne parviennent pas à troubler le calme de la rue. Même l’agitation liée à la proximité de la belle-famille de Julien Courbet  ne semble pas pouvoir perturber la tranquillité résidentielle par ce bel après-midi d’automne.

Faute de bars à proximité, nous poursuivons vers la pâtisserie du coin pour la traditionnelle bière. La caissière, une habitante de Saint-Michel, nous confie qu’ici, c’est calme. Très calme. Peu de problèmes à l’horizon hormis quelques personnes âgées malpolies.

Consciencieux et l’esprit en alerte grâce à notre précieux breuvage, nous retournons direction rue de Mulhouse. Nous espérons bien y trouver quelque chose à dire. Nous sommes plus attentifs aux passants, à l’ambiance. Une vieille dame en doudoune passe, un père de famille en foulard remonte la rue silencieusement. Les regards sont bas. Le silence pesant lorsque les gens se croisent. Comme s’il y avait de la méfiance dans l’air. Oui, derrière les vieilles pierres des maisons, nous ressentons un malaise, un mal profond. Le calme de la rue ne parvient pas à dissimuler la tension qui règne par ici. Les gens refusent d’en parler mais il ne fait aucun doute que la suspicion règne entre les voisins. Le doute est là. Les sourires de façade ne parviennent pas à masquer le terrible bouleversement en cours. Ce qui se joue rue de Mulhouse laisse planer une chape de plomb pesante par dessus les verdoyants jardins de ce lotissement des années 1870. Ce qui se trame rue de Mulhouse immisce le doute au plus profond des foyers. Les habitants de la rue sentent que toutes leurs certitudes peuvent bientôt voler en éclat. Tout ce qu’ils ont connu ne sera peut-être plus dans les jours à venir, quand un voisin glissera dans l’urne son bulletin François Fillon pour les primaires des Républicains. Voter François Fillon ? A Bordeaux ? Face à Alain Juppé ? Pourquoi ? Mais pourquoi ? Quel serait la signification d’un tel geste au coeur de ce quartier baigné depuis si longtemps par la douceur bienveillante d’Alain Juppé ? Nul ne le sait. Mais le doute est là. Il y a un filloniste rue de Mulhouse. Peut-être cet homme avec sa doudoune matelassée ? Peut-être cette jeune maman avec ses élégantes chaussures vernies ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais une chose est sûr, rien ne sera jamais plus comme avant rue de Mulhouse. Quelqu’un va voter François Fillon à la primaire des Républicains.

p1050896

Tout est calme, trop calme

 

Tradition & modernité

Aujourd’hui, 20 jours après cette visite, nous n’osons imaginer l’état de tension régnant rue de Mulhouse. Les voisins se salueront-ils lorsqu’ils se croiseront au bureau de vote dimanche ? Rien n’est moins sûr. Voilà de quoi geler l’animation de la rue pour quelques années encore.

 

Jour de fête rue de Mulhouse

 

Aux quatre coins de la Gironde – partie 3, la Salie et son wharf

187-west1Troisième et ultime partie de ce carnet de voyage, où s’achève l’exploit de Tim Pike et Vincent, consistant à explorer les extrémités nord, est, sud et ouest de la Gironde en une seule journée. Après les monuments du Verdon, les arbres de Saint-Avit- Saint-Nazaire et les maisons closes de Captieux, qu’allait donc nous réserver le point le plus à l’ouest du département ?

Un récit Tim Pike (Invisible Bordeaux) traduit par Jean-Yves pour Bordeaux 2066 : 

Il est désormais 18h30, et le compteur affiche 485 kilomètres de route alors que nous nous garons à l’ombre des pins de la plage de la Salie Sud, située peu ou prou à mi-chemin entre Arcachon et Biscarrosse. Nous partons à l’abordage du sentier sablonneux qui traverse les dunes vers la mer, prenant ainsi de la hauteur, ce qui nous vaut notre premier aperçu de l’emblématique wharf, un édifice pour le moins controversé.

Cet ouvrage de fer bleu clair s’étend sur 800 mètres de longueur. Sa fonction première est de soutenir un pipeline qui rejette environ 60 000 m 3 de déchets humains et industriels traités dans l’océan chaque jour – rien que ça ! Pourtant, le wharf tel qu’il existe aujourd’hui était à bien des égards un plan B…

Le projet initial consistait à faire transiter les déchets par un wharf de taille moindre, qui aurait été relié à un tuyau installé au fond de la mer, les contenus étant ainsi déversés à 4 kilomètres du littoral. Après plusieurs mois de travaux au début des années 1970, la compagnie néerlandaise chargée du projet dut faire face à des conditions océaniques et climatiques très délicates, et le tuyau en cours d’installation fut irréversiblement détruit après un orage.

187-west2

Suite à cet épisode, les Néerlandais furent démis du projet, et la compagnie sombra à son tour. Pendant quelque temps, les déchets (acheminés vers La Salie depuis 1971 par un réseau de tuyaux dessinant une boucle autour de tout le bassin d’Arcachon) ont été évacués dans l’océan à seulement quelques mètres de la plage. Les conséquences visuelles et olfactives étaient nous dit-on insupportables : l’odeur d’excréments humains qui régnait dans les parages s’ajoutait à celle des déchets produits par l’usine de papier de Facture, à l’époque rejetés directement dans les eaux du Bassin d’Arcachon. Entre temps, les collectivités locales ont opté pour la construction de cette solution de compromis de 800 mètres, achevée en 1974.

Quid de l’aspect sécurité ? En théorie, lorsque les déchets arrivent au wharf de La Salie, ils ont été traités dans une des trois usines de la région (Biganos, La Teste ou Cazaux). Cela n’empêche pas des controverses sans fin concernant les effets des rejets dans l’océan, pas vraiment calmées par des décrets locaux interdisant des activités telles que la pêche, la baignade, et la récolte de coquillages autour du wharf. Bien évidemment, l’accès au wharf proprement dit est strictement interdit : vous aurez sans doute deviné ce que nous en avons conclu !

187-west3

Panneau d’information et de dissuasion

Quelques instants plus tard, nous arpentons donc le monstre de métal sur toute la longueur, effectuant ainsi une petite partie du chemin vers l’autre côté de l’océan : selon mon atlas, la Nouvelle Ecosse et Boston sont les destinations les plus proches… Nous sommes loin d’être seuls à braver l’interdit : d’autres promeneurs jouissent avec nous de la vue panoramique sur l’océan, des photographes à l’affût d’un coucher de soleil prometteur ou encore quelques pêcheurs à la ligne. Si certains d’entre eux sont de toute évidence là pour passer du bon temps, nous n’avons pas pu nous empêcher de soupçonner que d’autres sont présents pour des raisons professionnelles. Que deviennent les poissons qu’ils pêchent ?

187-west4

Avec le soleil dans les yeux, le visage battu par le vent et nos peaux constellées de sel marin, on oublie facilement le flot ininterrompu d’urine et de selles projeté dans la mer à quelques mètres sous nos pieds. Peut-être est-ce pour le mieux ?

Arrivés à l’extrémité du wharf, nous nous félicitons du succès de notre entreprise, ayant conquis en un seul jour la Gironde extrême, du nord à l’est et du sud à l’ouest. Il ne nous reste plus qu’à revenir au point de départ, à Saint-Aubin- de-Médoc, après une belle journée de 570 kilomètres girondins.

187-west5

L’extrême ouest de notre beau Département déverse du pipi et du caca dans l’océan

 

  • La version originale de ce récit est à retrouver ici !
  • Récit de Tim Pike, traduction par Jean-Yves Bart

 

Retrouvez ici la vidéo de notre road-trip aux quatre coins de la Gironde :

Aux quatre coins de la Gironde – partie 2, Captieux et ses anciens bordels

186-south1

Dans la première partie de ce récit d’une tentative de nous rendre aux quatre coins de la Gironde en une seule journée, Tim Pike (Invisible Bordeaux) et Vinjo avaient conquis Le Verdon et ses innombrables monuments, puis le vide de Saint-Avit- Saint-Nazaire. Les voici désormais à l’extrême sud du département, à Captieux.

Un récit de Tim Pike, traduit pour Bordeaux 2066 par Jean-Yves : 

Nous arrivons au lieu-dit Le Poteau à environ 16 heures, ayant roulé 380 kilomètres depuis notre point de départ. Le département voisin des Landes s’étend sous nos yeux vers le sud. Une grande borne trône à la frontière entre les deux départements, mais Vincent remarque vite une anomalie : sous l’inscription peinte qui identifie l’actuelle D932, on distingue encore des traces de l’ancienne localisation du marqueur, sur la nationale 10. Incroyable mais vrai : les bornes kilométriques ne meurent pas, mais se réincarnent en d’autres lieux !

186-south2

Inscription « D932 » recouvrant l’ancienne mention à la RN10

Un peu plus au nord, Vincent entreprend d’explorer les ruines du bâtiment le plus au sud de la Gironde, pour voir de lui-même si celui-ci a un lien avec l’une des histoires les plus étonnantes et graveleuses de la région : celle des bordels et des prostituées de Captieux.

L’histoire remonte à 1950, lorsque les militaires américains ont installé un dépôt de munitions sur une zone de la bagatelle de 100 km2 autour du Poteau. Le dépôt est resté en place jusqu’à 1967, date à laquelle le président De Gaulle fit évacuer toutes les bases militaires américaines en France. Entre temps, toutefois, la présence de militaires en nombre avait entraîné un afflux non négligeable de prostituées, qui offraient leurs services dans des bâtiments construits à la hâte le long de la départementale.

Après le départ des militaires américains, les bordels ont perduré, quand bien même la loi Marthe Richard avait depuis bien longtemps (1946) plongé dans l’illégalité les maisons closes… Les affaires ont continué d’aller bon train dans les années 1970 et même pendant une bonne partie des années 1980 : ces dames attiraient une clientèle de jeunes hommes en quête de leurs premiers émois, de rugbymen en goguette, de VRP, de routiers qui avaient fait un détour pour l’occasion, et d’autres visiteurs venus d’un peu partout, guidés par la réputation sulfureuse de Captieux. Ce monde interlope suscitait bien des commerces suspects, et on dit que les relations entre les maquereaux sud-girondins prenaient souvent un tour orageux.

186-south3

Ce bâtiment fut autrefois une maison close

Plus étonnant encore : les autorités fermaient les yeux sur ces activités peu catholiques ! Une source bien renseignée nous a depuis confié qu’il s’agissait en fait là d’un arrangement bénéfique pour tous : « C’etait un deal avec le Milieu bordelais : pas d’histoire dans la ville restée clean et les prostituées d’abattage (NB : celles qui doivent enchaîner des cadences infernales) pour le dimanche soir et les 3ème mi-temps… à la campagne. »

Tout cela a donc duré tranquillement jusqu’à un jour fatidique de 1987, où une énorme descente de police donna lieu à une centaine d’arrestations et à la fermeture soudaine des 14 établissements encore en activité. La plupart de ces édifices de fortune furent démontés ou plus ou moins rasés.

L’opération fut suivie de longs procès, et de peines de prison encore plus longues pour les responsables condamnés. Captieux s’est ensuite doucement remise de cette période trouble pour redevenir le paisible village de campagne qu’il avait été jusqu’aux années 1950.

Près de trente ans plus tard, nous frayons donc notre chemin parmi une dense végétation pour enfin atteindre l’entrée principale du bâtiment, où trône une sorte de comptoir dans ce qui fut sans doute un vestibule : nous sommes de toute évidence dans un ancien bordel. A notre gauche se tient la porte d’une pièce où subsistent quelques bouts de moquette sur les murs. A notre droite, une autre pièce, équipée d’une vaste cabine de douche. Nous poursuivons notre exploration avec maintes précautions, tant l’équilibre des tuiles sur les restes du toit semble précaire.

186-south4

A l’intérieur de l’ancien bordel, dont ce qu’on pense être le comptoir d’accueil (photo de gauche) 

Une fois ressortis indemnes, nous nous livrons à une inspection extérieure des murs. A l’une des extrémités, nous distinguons les restes de portraits de visages féminins peints à la main et une inscription qui semble commémorer une certaine « la B ». Difficile de dire si les autres lettres ont disparu avec le temps, ou si nous avons mal lu et que nous nous trouvions en réalité soit au Bambi, soit au Bilitis, deux établissements dont il est question ici. Interloqués, nous quittons la maison close et reprenons la route en direction du nord vers le bourg du Captieux, à quelques kilomètres de là.

186-south5

« La B » (?) et ses dessins de femmes

A la faveur d’une pause rafraîchissante dans un café, nous nous enquérons auprès du propriétaire du passé trouble de Captieux. Ce dernier ne semble en rien perturbé par notre question, ce qui suggère que le sujet est loin d’être tabou. Soulignant qu’il n’habite à Captieux que depuis quinze ans, il sonde à son tour un autre client sur ses souvenirs des lupanars locaux. Ce dernier nous raconte que chacun d’entre eux accueillait deux ou trois filles. Le patron appelle ensuite un ami pour tenter de retrouver le nom de notre mystérieux bâtiment « la B » ; il promet de nous rappeler pour nous donner la réponse.

Alors que nous réglons l’addition, notre hôte se fend d’une anecdote sur une connaissance qui faisait autrefois partie d’un groupe de jeunes gens désargentés ; tous les samedis soirs, nous explique-t- il, ceux-ci jetaient quelques pièces dans une cagnotte, et les garçons écrivaient leurs noms sur un morceau de papier qu’ils mettaient dans un chapeau. L’heureux vainqueur du tirage au sort bénéficiait de ce financement participatif pour aller passer un bon moment avec une des filles de Captieux.

Ce pittoresque récit en tête, nous repartons vers la côte atlantique pour l’ultime destination de notre défi du jour ; direction La Salie, à l’extrémité ouest de la Gironde.

Curieux des secrets du far west girondin ? Rendez-vous la semaine prochaine pour le dernier épisode de ce carnet de route !

  • La version originale de ce récit est à retrouver ici !
  • Récit de Tim Pike, traduction par Jean-Yves Bart

Rue du Mulet

Saint-Pierre, ou le symbole du Bordeaux touristique et hype. Une façade de quais de grande classe, la carte postale par excellence, derrière laquelle se niche un petit trésor de quartier médiéval où il fait bon flâner, aller dans un des innombrables restaurants, et humer l’air d’un Bordeaux portuaire devenu touristique, et à l’évidence bobo, si tant est que ce terme veuille dire quelque chose.

Miroir d’eau, place de la Bourse, place du Parlement, Porte Cailhau… les joyaux du patrimoine local s’y déclinent sur quelques centaines de mètres à peine, rendant totalement inconcevable le fait d’éviter Saint-Pierre lorsque l’on fait visiter la ville à un touriste.

Mais vous commencez à nous connaître, nous ne sommes pas un blog de tourisme, et la dure loi de la statistique fait que nous avons quelque peu négligé Saint-Pierre, qui n’a accueilli qu’une seule de nos 54 précédentes visites, périmètre géographique réduit oblige.

Aujourd’hui Excel répare cette offense et nous envoie enfin découvrir le Bordeaux que l’on connaît déjà par coeur, celui du pub que l’on fréquente entre amis, du cinéma où on essaye de changer le monde et de la promenade du dimanche.

En arrivant devant la rue du Mulet, Vinjo et Pim réalisent néanmoins que si la rue du Pas-Saint-Georges perpendiculaire a été arpentée des dizaines de fois à toute heure du jour et de la nuit, cette venelle étroite leur était jusqu’alors restée inconnue.

thumb_p1050867_1024

Perspective globale de la rue du Mulet

Un long panneau explicatif donne l’étymologie du lieu, pas de légende cocasse comme celle de la rue de la vache, et donc pas d’anecdote asine à vous compter, mais une bête erreur de sémantique puisqu’il s’agirait plutôt de la rue DE Mulet.

Arnaud de Mulet siégeait en effet au Parlement de Bordeaux à la fin du 16ème siècle, et ce Monsieur n’était pas n’importe qui puisqu’il était notamment Sieur de Préjeau (on n’a pas le moindre idée de ce que ça veut dire mais c’est sûrement super cool) et seigneur de la Tour-Saint-Maubert, devenu plus tard le fameux Château Latour dans le Médoc dont vous pouvez lire l’histoire ici, voire même vous offrir une petite bouteille si vous n’êtes du genre à avoir des problèmes de fins de mois.

Après, à quoi bon être un seigneur si c’est pour que quatre siècles plus tard les passants prennent votre rue pour un hommage à un cousin de l’âne ? La viographie est parfois taquine.

capture-decran-2016-09-29-a-11-36-17

Quelqu’un aurait 11 000 balles à nous prêter pour qu’on s’achète une caisse de Château Latour 2009 ?

Laissons De Mulet et revenons à nos moutons. Notre visite démarre à l’angle de la rue du Pas Saint-Georges, avec à notre gauche un glacier et à notre droite un restaurant italien, Osteria da Luigi, que l’on peut franchement vous conseiller après l’avoir testé (et visiblement les internautes sont du même avis que nous).

En arpentant la rue, on remarque pêle-mêle quelques immeubles en pierre divisés en appartements, un cabinet « d’ingénieur-conseil en conduite du changement », une maison d’hôtes puis un immeuble visiblement de standing, pour lequel une plaque indique qu’il date de 2006. La rue du mulet s’achève sur une petite place sur laquelle un chien court après une baballe sous l’œil d’adolescents en plein âge bête (c’est un constat, pas un jugement), avec en décor d’arrière-plan l’aire de livraison de la FNAC. La grouillante rue Sainte-Catherine n’est en effet qu’à 100 mètres de là, mais la rue du mulet contraste par son calme et sa faible fréquentation : aucune raison évidente d’emprunter cet axe biscornu qui n’offre aucune perspective sur le quartier.

thumb_p1050864_1024

Mon coeur te dit je t’aiiiimeuuuuh

Alors ça c’était le trottoir de droite, mais sur le trottoir de gauche impossible de rater cet immense bâtiment flanqué d’un jardin, ce qui n’est pas si courant dans le quartier.

Nous poussons la porte du centre d’animation de Saint-Pierre pour en savoir plus. Quelques dessins d’enfants, une bibliothèque, un atelier de conversation en langue des signes. Au fond de la grande pièce du rez-de-chaussée, un bar « Le Zinc Pierre », chose qui ne laisse pas insensible les auteurs de Bordeaux 2066 qui ont fondé leur ligne éditoriale sur, outre le hasard, le houblon. Nassim interrompt sa partie d’échecs pour nous servir deux bières fraîches, puis très vite pour nous raconter l’histoire et le présent du centre d’animation où il exerce. Comme lors d’une promenade à la Benauge, nous sommes en présence d’un centre créé par l’ACAQB, association fondée sous Chaban, qui anime 11 centres dans Bordeaux dans le but de favoriser l’insertion, la citoyenneté et le partage. C’est ainsi qu’au 4 rue du mulet à Saint-Pierre, on peut assister à des concerts, participer à des projets de solidarité internationale, apprendre le coréen, ou tout simplement passer un moment à jouer aux échecs comme le faisaient Nassim et deux jeunes du quartier avant que nous les interrompions.

thumb_p1050879_1024thumb_p1050872_1024

thumb_p1050870_1024

Au centre d’animation de Saint-Pierre

Nassim nous raconte que le terrain était probablement il y a bien longtemps un cimetière, accolé à l’église Saint-Siméon (i.e. l’Utopia), avant d’appartenir à Arnaud de Mulet, dont il cherche toujours un portrait (si un de nos lecteurs a ça sous la main…). Il y a ensuite eu un terrain de jeu de paume, puis jusqu’en 1990 une école primaire avant de laisser place au centre d’animation du quartier.

Nassim a la quarantaine, et c’est un pur produit du quartier dont il nous raconte avec passion l’histoire cosmopolite et populaire, bien loin de l’image bobo qui lui colle aujourd’hui à la peau. L’enfance de Nassim à Saint-Pierre s’est déroulée dans un quartier un peu louche, avec ses dealers et sa vie souterraine, et à l’époque dire que l’on venait de Saint-Pierre générait une certaine suspicion chez son interlocuteur. C’était un quartier cosmopolite, où beaucoup de gens venaient d’Algérie comme les parents de Nassim, ou sinon de la péninsule ibérique. Un quartier craignos donc ? Non, bien au contraire, puisque tout le monde se connaissait, que les commerçants faisaient crédit, et que pour passer voir quelqu’un il suffisait d’ouvrir sa porte, l’interphone n’ayant pas encore conquis les entrées d’immeubles.

thumb_p1050875_1024

Nassim lutte contre l’échec à Saint-Pierre

Les années 80 ont marqué un changement d’époque, avec une rénovation brutale ayant conduit la majorité des habitants historiques à migrer vers la périphérie.

Difficile d’imaginer ce passé populaire somme toute très récent lorsque l’on est attablé à un restaurant cosy du quartier entre des tablées de touristes, mais en compagnie de Nassim on arriverait presque à s’y croire.

Pour vous donner une idée, voici un extrait d’un JT de novembre 1980, où l’on évoque des loyers à 100 francs (soit 15 euros hein) et un questionnement sur la transformation de Saint-Pierre en « petit Marais » pour lequel on vous laisse libres de vos conclusions :

Petit Marais ou pas, ce qui reste certain c’est que De Mulet et sa rue nous font reprendre la plume sur ce blog un peu stérile depuis quelques temps. Promis on ne vous relaissera pas six mois sans ballades et sans bières !

thumb_p1050877_1024

Au Zinc Pierre